Projet de centrale photovoltaïque de 134,7 MWc : Etude d’impact environnemental

Projet de centrale photovoltaïque de 134,7 MWc : Etude d’impact environnemental

Défi

EDF Energies Nouvelles souhaite déposer des demandes de permis de construire pour le projet d’implantation de centrale photovoltaïque d’une puissance totale de 134,7 MWc sur l’ancienne base aérienne de Toul-Rosières en cessation d’activité (520 ha). Une étude d’impact sur l’environnement est requise dans ce cadre et sa réalisation a été confiée à Antea Group, responsable pour l’ensemble des thématiques. Cette étude doit refléter les efforts et mesures pris en compte par le Maître d’Ouvrage pour favoriser l’intégration des intérêts environnementaux dans la conception globale du projet afin de réduire, voire compenser, les impacts générés par le projet.

Solution

Pour la réalisation de cette étude, Antea Group a collaboré avec des prestataires externes pour les volets faune flore et paysage. Antea Group a surtout assumé son rôle de conseil et d’accompagnement auprès du client tout au long du processus d’élaboration du dossier en l’assistant dans des réunions avec l’administration d’une part, et d’autre part en établissant une communication efficace entre le client et les experts (interne, externe) intervenant sur le projet afin que les contraintes écologiques, environnementales, d’urbanismes et paysagères puissent être prises en compte dans des conditions technico-économiquement acceptables pour le client.

Résultats

Le projet initial a évolué:

  • dans le sens d’une réduction de la consommation d’espace pour préserver les habitats des faunes d’intérêt patrimonial ou communautaire et les espèces végétales protégées,
  • dans le respect des prescriptions réglementaires (protection des captages d’eau alimentaire, éloignement des routes, etc.),
  • avec une volonté d’intégration paysagère,
  • dans le souci de conserver les axes d’écoulement naturels des eaux pluviales, se traduisant par la préservation d’espaces non aménagés autour de ces axes.

La surface initiale de 520 ha a été réduite à 367 ha.
Les premiers retours administratifs sur ce dossier sont favorables.