Passer au contenu principal
Sources de la Touvre : Multi-traçages, définition de scénarios de protection et définition d’un débit d’objectif d’étiage
Logo Antea Group - No text - Angled - Transparent

Sources de la Touvre : Multi-traçages, définition de scénarios de protection et définition d’un débit d’objectif d’étiage

De la protection à la gestion des résurgences

Le captage des sources de la Touvre, émergence principale du grand karst de la Rochefoucauld, assure en moyenne 96 % de l’approvisionnement en eau potable de l’agglomération du GrandAngoulême et de ses 111 809 habitants (population totale légale 2013, en vigueur au 01/01/2016).

Cette ressource en eau de type karstique constitue un enjeu socioéconomique très important pour la Collectivité, en alimentant 49 885 abonnés (2015) répartis sur le territoire intercommunal. L’exploitation de ce captage a fait l’objet d’un arrêté préfectoral en date du 18 décembre 1980, qui instaurait des périmètres de protection.

Les sources de la Touvre, 2eme résurgence française en termes de débit, donne naissance au ruisseau de la Touvre (11 km), affluent de la Charente. 

Il s’agit en fait d’un ensemble de plusieurs sources, dont un groupe d’émergences assez proches en termes géographique et de comportement hydrogéologique (Bouillant, Dormant, Font de Lussac) et la source de la Lèche (plus éloignée et au comportant hydrogéologique différent).

Mission

Les études techniques nécessaires à la révision des périmètres de protection ont été lancées à partir de 2003. Elles ont abouti à la réalisation d’études successives (étude de la vulnérabilité, appréciation du risque de pollution, traçages).

La mise en œuvre des nouveaux périmètres, tels qu’ils ont été proposés en 2011, s’est heurtée à des difficultés d’instruction du fait notamment de leur superficie importante et des servitudes associées. De plus, la mise en application des prescriptions induisait des contraintes socioéconomiques trop fortes pour la Collectivité, ce qui bloquait la procédure.

En 2014, GrandAngoulême a confié à Antea Group une étude comparative intégrant un volet socioéconomique, conformément au guide pratique « Stratégie de protection des ressources karstiques utilisées pour l’eau potable » mis en ligne par l’Agence de l’Eau Adour Garonne.

Afin de mieux comprendre les conditions d’alimentation des sources et de définir les zones à protéger, Antea Group a réalisé des investigations de terrain (campagnes piézométriques, campagnes de jaugeages, opérations de multi-traçages…) de 2014 à 2016.

Solution

Les moyens mis en œuvre sont les suivants :

  • une cartographie plus détaillée des zones à forte vulnérabilité : définition des zones d’infiltration préférentielle à partir d’un inventaire et de visite des principaux avens, gouffres et pertes. Cette analyse a été effectuée avec l’aide de l’inventaire actualisé des indices karstiques effectué par le Comité Département de Spéléologie de Charente ;
  • la vérification des axes de franchissement des principaux ruisseaux compte tenu des risques accidentels associés et des transferts hydrauliques possibles vers les zones de pertes en aval ;
  • la définition du niveau de risques sur certains secteurs ciblés en fonction de la sensibilité du karst (ZAC de la Braconne et camp militaire de Brie) ;
  • la définition de la protection qu’offrent les espaces naturels réglementés (forêt domaniale, NATURA 2000) ;
  • la délimitation du bassin d’alimentation en hautes eaux et basses eaux par la réalisation de campagnes piézométriques associées à des jaugeages des sources et cours d’eau ;
  • la réalisation de traçages dans les secteurs ciblés à risques et/ou à forte vulnérabilité, ou permettant d’améliorer le fonctionnement du système de la Touvre et d’argumenter sur la conservation ou non d’un PPR.

Ces données techniques supplémentaires, associées à l’intégration d’un volet socioéconomique, ont permis de proposer au GrandAngoulême et à l’ARS une méthodologie de définition de la vulnérabilité et du risque. Cette étude a été utilisée par l’hydrogéologue agréé pour définir une stratégie de gestion et de protection acceptable par la Collectivité et l’Administration.

Chiffres clés : Traçage

  • 250 kg Traceurs injectés
  • 3 500 Échantillons prélevés
  • 587 Analyses effectuées en laboratoire
  • 17,5 km Distance la plus longue entre une point d'injection et un point de suivi

Notre expertise liée à ce projet

alt-text

Exploitation et valorisation des eaux souterraines et de surface

métier Eau

Une question ?

Notre chef de projet est à votre écoute

Ce site internet utilise des cookies

Sélectionnez le type de cookies que vous acceptez

Plus d'informations